Votre lecteur Flash n'est pas à jour et ne vous permettra pas de profiter pleinement de notre site.
Nous vous recommandons de le mettre à jour ici.
newsletter
Sopic > Médias > #3 / FOCUS
SOPIC, Précurseur des loisirs

SOPIC a toujours démontré sa capacité à innover pour faire face aux évolutions des modes de consommation. Son esprit visionnaire lui a notamment permis d’implanter l’un des premiers multiplexes en France dans les années 90. Retour sur une épopée.

Depuis leur apparition en périphérie des villes, les zones commerciales ne cessent d’évoluer. Dans les années 70, on assiste tout d’abord à la multiplication des hypermarchés dans les centres commerciaux.

Puis, dans les années 80, c’est le tour des enseignes dédiées à l’équipement de la personne, de la maison ou encore du bricolage.

Dans les années 90, les modes de consommation changent. Les zones commerciales s’essoufflent et doivent se réinventer. Les entrées de villes voient leur offre s’intensifier et se diversifier. Apparaissent alors les enseignes dédiées à l’équipement de la personne, du jardin, des loisirs, de la culture… C’est d’ailleurs dans les années 90 que surgissent les multiplexes dans l’univers des zones commerciales.

L’apparition des multiplexes change la donne

Né aux Etats Unis, le phénomène apparaît tout d’abord en Belgique et en Grande Bretagne, puis en Allemagne, aux Pays-Bas et en France. À la fin des années 80, la banlieue de Bruxelles voit naître son premier Kinepolis, un complexe de 25 salles. Dans la foulée, Anvers installe un Métropolis. Au milieu des années 90, le phénomène gagne la France. « Face à des salles de cinéma vieillissantes, le multiplexe était une vraie révolution avec ses écrans géants et fauteuils confortables », explique Olivier Sirot, de Sopic Nord.

Fasciné par l’attrait du multiplexe, Jean-François Delaoustre, Directeur de Sopic Nord, se rend très vite compte du potentiel de développement sous-jacent d’une telle implantation. Ce projet qui lui trotte dans la tête, il l’imagine à Lomme, dans la zone commerciale du Grand But. La collectivité l’a en effet chargé de la restructuration et de la redynamisation de ce site en déshérence de 30 hectares. « Là, existait un parc ludique et un parc de loisirs qui avait fait faillite au début des années 90, se souvient Olivier Sirot, il s’agissait pour la ville de retrouver une activité commerciale et notamment de loisirs sans pour autant recréer un parc d’attractions ».

L’idée fait son chemin… Jean-François Delaoustre et Olivier Sirot rencontrent les responsables de Kinepolis, convainquent la collectivité de l’intérêt d’une telle infrastructure de loisirs et le projet se met en place. Le multiplexe ouvre en 1995 et remporte, immédiatement, un vif succès. Trois millions d’entrées y sont comptabilisées la première année.

« C’était très nouveau en France de voir apparaître un tel concept avec 23 salles et 7 000 fauteuils », poursuit Olivier Sirot. À l’époque, le concept était révolutionnaire.

Aujourd’hui, il continue de générer 2 millions d’entrées, ce qui le place toujours en tête de tous les multiplexes de France. Pour conforter l’espace commercial de loisirs, SOPIC y a adjoint un bowling de 36 pites et une plaine de jeux avec laser games et simulateurs... « Nous avons complété ces équipements de loisirs par un service non marchand en liaison avec la collectivité, notamment avec la création d’un parc urbain où l’on peut se balader tout simplement, et une Ecole du Cirque », précise encore Olivier Sirot. Parallèlement, la zone commerciale accueille un service de restauration variée notamment avec Mc Donald’s ou encore Les Trois Brasseurs, une micro-brasserie qui fabrique des bières artisanales sur place.

Sopic nord a également renforcé le coté ludique du site par l’adjonction d’enseignes commerciales orientées vers le loisir, ainsi, en 2005, s’est installée une enseigne Picwic qui, avec ses 4000 m2, reste le plus grand magasin de jouets d’Europe continentale. Il attire beaucoup de familles avec ses univers dédiés à Play Mobil et LEGO, et ses figurines tirées des grands films à succès, Star Wars, Superman, Avengers, etc.

Preuve que des synergies sont ainsi créées entre l’univers du jouet et celui du cinéma. Le succès de cette zone commerciale de Lomme n’est plus à faire. Une enseigne Intersport sera également intégrée en 2005 sur 3 000 m2, ce qui en fait le magasin le plus important de France, hors région parisienne. Aujourd’hui, le pôle commercial et ludique du Grand But, avec ses grandes locomotives que constituent Carrefour, Ikea et le multiplexe Kinopolis, reste une référence pour tout le monde. L’ensemble du site génère une fréquentation estimée à 4 millions de visiteurs par an.

« La collectivité nous a, à nouveau, missionnés pour moderniser et adapter la zone commerciale et ludique du Grand But aux évolutions », conclut Olivier Sirot.

Le loisir, un bon filon pour doper la fréquentation

SOPIC n’en est pas resté à cette première expérience. Après Lomme, le groupe a réalisé d’autres projets comportant des activités de loisirs et pas seulement des multiplexes.

En 2000, il a réalisé un complexe cinématographique de 12 salles et 2 200 fauteuils avec Gaumont sur une zone commerciale de 20 hectares à Reims, site sur lequel SOPIC a installé un bowling, une plaine de jeux, un espace « games » et un magasin Picwic. Idem à Saint-Brieuc, où le groupe a également créé, en 2005, un multiplexe Cineland de 1500 fauteuils, sur une zone commerciale de 15 hectares qui accueille par ailleurs un Décathlon et des restaurants…

En matière de loisirs, le dernier projet de SOPIC, à l’entrée d’Arras, lui, ne comporte pas de multiplexe. Mais, sa vocation loisirs est loin d’être absente. Au contraire.

À côté d’activités culturelles présentes (musée, …), les 4 000 m2 de ce pôle intègrent non seulement des lots commerciaux, mais aussi de la restauration et un bowling de 24 pistes qui fonctionnent très bien. Une chose est sûre : pour faire face à l’évolution permanente des modes de consommation, les opérateurs doivent, sans cesse, développer de nouveaux concepts. Ce fut le cas avec les loisirs dans les années 90, mais c’est encore plus vrai aujourd’hui, alors que les zones commerciales cherchent de nouveaux débouchés pour renouveler l’expérience client et s’adapter aux consommateurs hyper-connectés.

^ haut de page

 
SOPIC Siège Social

5, cours Gambetta
65000 TARBES
T 05 62 44 23 23
F 05 62 34 26 99
sopic@sopic.fr

SOPIC NORD

494 avenue du Général de Gaulle
59910 BONDUES
T 03 28 33 72 70
F 03 28 33 72 71
sopic-nord@sopic.fr

Agence de Belfort
Centre d’affaires Techn’Hom 3
16 rue Becquerel
90000 BELFORT
T 03 28 33 72 70
F 03 28 33 72 71
sopic-nord@sopic.fr

SOPIC PARIS

11, rue Christophe Colomb
75008 PARIS
T 01 56 64 08 00
F 01 56 64 08 01
sopic-paris@sopic.fr

SOPIC OUEST

494, av. du Général de Gaulle
CS90091
59588 BONDUES Cedex
T 03 28 33 72 70
F 03 28 33 72 71
sopic-ouest@sopic.fr

SOPIC SUD-OUEST

5, cours Gambetta
65000 TARBES
T 05 62 44 23 23
F 05 62 44 23 22
sopic-sudouest@sopic.fr